Venise – Préparation du voyage et arrivée

Hello ! Comme promis, on se retrouve dans une nouvelle série d’articles pour parler de mon dernier voyage en date… Venise ! Après les USA et Londres en 2016, j’ai décidé d’essayer de partir au moins quelques jours par an à l’étranger ; cette année, c’était donc Venise, du 13 au 17 novembre 2017. Il s’agissait d’ailleurs de mes premières vacances prises lors de mon premier CDI, ça fait un petit quelque chose, genre on se sent un poil plus adulte… Non ?

Enfin bref, en vérité je n’ai réellement passé que 3 jours là-bas, puisque le 13 j’arrivais en milieu d’après-midi, et le 17 je partais en début d’après-midi, donc pas grand chose à faire ces journées-là.

L’avion

Il est tout à fait possible de se rendre à Venise en train, avec une ou deux correspondances en cours de route et près de 9h et plus de trajet, mais pour des raisons évidentes, j’ai préféré opter pour l’avion : plus pratique, plus direct, moins long. J’ai pris mes billets sur Air France fin septembre, l’aller-retour en classe éco avec bagage en soute inclus m’a coûté 162.64 € très exactement. Il est possible, évidemment, de passer par une compagnie low-cost qui aurait proposé des billets moins chers, mais bon ça voulait dire payer une option bagage en cabine et une autre bagage en soute (parce que oui, je suis partie avec ma grande valise), et neuf chances sur dix que le départ se fasse d’Orly (contre Charles de Gaulle pour les billets que j’avais pris), et ça ne m’arrangeait pas vraiment.

Je n’ai honnêtement aucun reproche à faire à Air France pour ce coup-là, aucun souci de billet ou de vol comme on avait pu avoir pour partir aux USA. Juste, l’avion n’était pas très confortable, mais pour un vol d’1h40, on va pas non plus demander la Lune hein !

L’hôtel

Pour l’hôtel, comme pour mon voyage à Londres ou mon roadtrip aux USA, je suis passée par hotels.com. Comme d’habitude, j’aime avoir mon petit confort et je n’ai pas pris le premier prix, mais c’est tout de même resté correct : j’ai pris une chambre au Pesaro Palace un hôtel 4* situé au bord du Grand Canal, et qui m’a coûté 507.24 € pour 4 nuits. Il est situé juste à côté de l’arrêt Ca’ d’Oro de la ligne 1 de Vaporetto – même si évidemment, pour mon séjour, l’arrêt était en réfection et donc supprimé – et à pieds, il est à quinze minutes de la Piazza San Marco.

Les transports

Venise étant constituée d’une multitude de petites îles reliées par presque autant de ponts, on ne s’y déplace qu’à pieds ou en bateau. Il est possible d’y venir en voiture mais elles sont interdites sur l’île passé un certain point, je n’ai pas non plus vu de vélo… Juste des bateaux, ou à pieds. J’ai donc pris, sur le site Musement.com, un billet ACTV 3 jours (« ACTV » signifiant « Consortium d’entreprise des transports vénitiens » en italien) ; ce pass permet d’utiliser à volonté les lignes de bateaux-bus, les vaporetto (à l’exception de trois ou quatre lignes, pour lesquelles il faut des billets spécifiques), et les lignes urbaines de bus de Mestre, si vous prévoyez d’y aller, mais n’inclut pas les trajets en bateau-navette (l’Alilaguna) ou le bus pour l’aéroport. Du coup, comme l’aéroport de Venise ne se trouve pas du tout sur Venise, et qu’il faut prendre soit le bus, soit un bateau-navette pour y aller/en venir, j’ai décidé d’opter pour l’Alilaguna. J’ai acheté mon billet à l’aéroport, il m’a coûté 27 € pour l’aller-retour (le billet étant valide pour le retour dans les 30 jours qui suivent l’aller). Il est aussi possible de prendre un bateau-taxi (les motoscafo), qui peut être pris seul (110 €) ou partagé avec d’autres touristes (32 €) à la façon d’un Uber Pool… L’avantage est que si l’hôtel est près d’un canal, il peut vous déposer devant la porte de l’hôtel, mais c’est nettement plus cher que l’Alilaguna – le prix indiqué étant juste pour un trajet.

En haut le billet Alilaguna, en bas le billet ACTV !

Pour information, le billet ACTV est en papier mais il comporte un circuit imprimé à l’intérieur, du coup pour valider il faut le placer contre la machine à valider son billet comme vous valideriez votre pass Navigo si vous en avez un, ou comme vous paieriez en sans contact avec votre CB… Je précise parce que j’ai passé bien 5 minutes à me demander comment valider le mien haha ! Pour celui de l’Alilaguna, la validation est manuelle à coup de poinçons, comme vous pouvez le voir sur la photo.

Pour plus d’informations sur les transports à Venise (et de manière générale, sur Venise tout court), je vous suggère fortement de consulter le site e-Venise, qui m’a pas mal servi pour préparer ce voyage !

L’argent

Venise étant située en Italie, et l’Italie étant dans la zone Euro, évidement, pas besoin de changer son argent puisque tout fonctionne en Euro. Il est possible d’avoir des frais de retrait selon votre banque, mais malgré tout, autant opter pour le retrait sur place ou le paiement en CB. Faites juste attention, pas mal de magasins, restaurants ou attractions demandent un minimum pour un paiement en CB… Prévoyez toujours du liquide sur vous au cas où, donc, histoire de pas vous faire avoir comme moi !

Lundi

Le lundi 13, mon vol étant à 12h40 à Charles de Gaulle, je me suis levée assez tôt – ma valise était déjà prête, mais connaissant la SNCF/RATP, leurs problèmes, et leur passion pour les excuses à deux balles… On était en pleine période de feuilles mortes, et comme depuis des années ils sont toujours pas foutus de gérer ça rapidement… Je devais prendre le RER de 8h25, mais étant prête avant, j’ai pris celui de 7h55… Et j’ai bien fait, parce qu’évidemment, problèmes de feuilles mortes (lol), RER ralenti, et je suis arrivée à Charles de Gaulle à l’heure où j’aurais dû arriver si j’avais pris le RER de 8h25 comme prévu et qu’il n’y avait pas eu de problèmes. Bon, du coup, le temps d’arriver au bon terminal, de me rendre compte que je n’avais pas de sac plastique pour y mettre les trucs qui traînent dans mon sac à main et qui doivent être sous plastique (pour info, les Relay en vendent à 0.10 € le sachet, ils sauvent la vie), de me faire alpaguer par une nana d’American Express by Air France qui a absolument voulu me vendre une Amex malgré mes protestations (“j’ai déjà trois CB dont une Amex, qu’est-ce que vous voulez que je fasse d’une 4e carte ?!” “Mais si, ça vous permet de gagner des miles, c’est gratuit la première année et vous demandez la résiliation avant de payer la deuxième année” “Non merci” “Mais si, allez !” … J’ai eu du mal à m’en défaire punaise) et de passer la sécurité… J’ai eu le temps de petit-déjeuner à Paul en attendant mon avion et même après ça, j’avais encore une bonne heure d’attente. Mais bon, comme je dis toujours, mieux vaut arriver trop en avance qu’en retard.

Mon avion a atterri sans retard et sans encombres à l’aéroport Marco Polo vers 14h20, comme prévu. Le temps de sortir de l’avion, récupérer mon bagage puis me diriger vers l’Alilaguna, il était bien 15h passées. Juste avant la sortie menant aux quais, il y avait un guichet Alilaguna auquel je me suis arrêtée pour prendre mon billet ; ensuite, j’ai juste eu à attendre 15h30 qu’on embarque et que le bateau parte. Le trajet jusqu’à mon arrêt, Fondamente Nove (plus communément appelé F.Nove) prend 40 minutes à peu près. Le bateau ne va pas très rapidement, et entre les gens et les valises, il est un peu chargé on va dire…

Évidemment, il faisait un temps pourri ce jour-là, il pleuvait bien sévère quand j’étais dans le bateau ; avec heureusement, une éclaircie quand je suis arrivée à mon arrêt et les 10-15 minutes de marche jusqu’à mon hôtel qui ont suivi. L’arrêt est situé dans le quartier nord de Venise, le Cannaregio, qui n’est pas un quartier très touristique de base, alors avec la pluie, autant vous dire que je n’ai pas croisé grand monde jusqu’à la grande avenue la plus proche du Grand Canal. Du coup, Maps me faisant passer par de toutes petites rues, j’étais pas très rassurée – disons qu’à Paris, tu évites ce genre de rue minuscule pour des raisons évidentes. Mais à Venise, la moitié des rues sont ainsi, donc pas trop le choix au final.

J’ai fini par arriver à mon hôtel, qui est caché au fin fond d’une minuscule ruelle qui mène au Grand Canal ; là, j’ai dû payer une taxe de séjour (instaurée il y a quelques années pour aider à l’entretien du patrimoine et tout ça) de 18 €. Cette taxe s’applique à tout hébergement et est au maximum à 5 € par tête par nuit, et ne peut s’appliquer que pour les 5 premières nuits sur le sol vénitien – à partir de la 6e nuit, plus de taxe. Bref, donc, après ça et avoir rempli la paperasse nécessaire, j’ai été découvrir ma chambre.

Je suis restée un peu bouche bée devant la taille du lit, parce que, sans déconner, on aurait pu en mettre 3 ou 4 comme moi dedans. Il était super confortable en plus, j’ai super bien dormi les quatre nuits que j’y ai passé 😀

Bref, le temps de prendre possession des lieux, la nuit était déjà tombée… Je savais que j’allais pas faire grand chose, donc, vu que mon téléphone et la nuit, ça fait pas bon ménage niveau qualité de photos. Du coup, j’ai regardé sur Yelp les restaurants des alentours, et je me suis décidée pour l’Osteria Al Gazzettino, située à une dizaine de minutes à pied. Comme j’avais super faim, et que les avis, tous ultra-positifs, disaient qu’ils valaient mieux y aller tôt tellement il y a de monde qui y va, à 18h30 j’étais devant leur porte ; j’étais parmi les premières clients mais ça s’est très vite rempli. J’ai commandé des pâtes carbonara, qui auraient pu être excellentes si elles avaient pas été aussi salées… Mais l’accueil, la gentillesse de la serveuse (qui a tout de suite reconnu mon accent et a essayé de me parler en français, c’était chou), le dessert offert ainsi qu’un paquet de pâtes ont fait que j’ai tout de même apprécié ce repas.

À ça, s’ajoute un truc assez improbable qui ne m’était jamais arrivé et qui m’a laissée assez surprise : mes voisins de droite, un couple d’Américains, ont commencé à taper la discut’ une dizaine de minutes avant de finir. Les trucs classiques – d’où je viens, qu’est-ce que je fais, où est ma famille, est-ce que je suis là pour longtemps… Pas longtemps en somme et pas vraiment suffisamment de quoi faire connaissance, mais allez savoir pourquoi, au moment où on nous a apporté nos notes respectives, le monsieur a décidé qu’il allait payer ma note aussi. Genre, comme ça, par pure générosité ! Pour tout vous dire, je m’attendais à, je sais pas, un coup fourré ou un truc à faire en échange… Mais non, c’était à priori sans arrière-pensée, puisqu’après avoir payé, nous sommes sortis, et ils sont partis de leur côté après un au-revoir assez bref. Non, vraiment, j’ai été vraiment agréablement surprise, ça ne m’était jamais arrivé 🙂 ! Du coup, je suis rentrée un peu estomaquée à l’hôtel… Je crois qu’il m’a fallu plusieurs jours, en vérité, pour en revenir haha !

Enfin bon, voilà donc pour ma préparation du voyage et mon arrivée – riche en émotion, cette première demi-journée ! Je pense que, comme pour mon voyage à Londres, je vais consacrer un article par journée, sinon ça risque de faire beaucoup – notamment de photos – d’un coup. On se retrouve donc bientôt pour un prochain article sur ma première vraie journée à la Piazza San Marco !

Catégories
Italie Venise Voyages
Plus d'articles
Venise – Jour 1 : Piazza San Marco
Partager
2 commentaires
  1. Je découvre ton blog avec ce billet et c’est drôle car moi aussi j’ai un blog littérature et voyage (+vie d’expat) et un des derniers endroits dans lequel je suis allée cet été c’est Venise ! Mais ton hôtel me semble bien plus luxueux que le petit airbnb que j’avais choisi ! Quel lit, dis donc ! J’ai beaucoup aimé mon séjour aussi, même si comme toi, il ne fut pas très long.

    • Hello ! Merci beaucoup pour ton commentaire, et mes excuses pour le délai de réponse, j’étais en vadrouille ce week-end donc un peu difficile de répondre 🙂 en effet, cette coïncidence est assez drôle ! Je vais me faire un plaisir d’aller voir ton blog alors, si tu parles de lectures et de voyage, je ne peux qu’aimer ! Pour l’hôtel à Venise effectivement c’était un 4* – j’aime avoir mon petit confort je l’avoue, et je ne suis pas très fan de Airbnb (trop d’incertitudes)… Enfin en tout cas, cet hôtel était vraiment pas mal et assez bien placé, donc je le recommande grandement ! En tout cas je suis contente que tu aies aimé ton séjour là-bas, c’est vraiment une chouette ville, et il y a tellement à voir !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Julie Franel © All rights reserved.