Looking for something?

RECHERCHER

A PROPOS

Julie
26 ans, étudiante en informatique (EPITECH), développeuse freelance de temps en temps, en échange aux USA pour les huit prochains mois ! Plus...

SOCIAL

COMMENTAIRES RÉCENTS

  • Trois jours à Las Vegas – Hakuren
    12 mois ago
    On: Le Grand Canyon "[…] Californie, Las Vegas, Voyages Le Grand Canyon […]... "
  • Julie
    1 année ago
    On: Hike à Anza Borrego "Ah, ça, c'est sûr !!... "
  • carroue patrice
    1 année ago
    On: Hike à Anza Borrego "Ben ma julie, tu n'es pas prête pour faire KHO LANTA !!!... "

Roadtrip, étape 3 : San Francisco

Troisième et dernière étape de mon roadtrip avec ma sœur : San Francisco !

Dimanche

Le dimanche matin, nous nous sommes levées une fois de plus à 8h. Nous avions rendez-vous vers 10h30 à Powell Station, avec mes amis Max et Élise. Notre hôtel se situait non pas à San Francisco même (trop cher), mais dans la banlieue sud, dans la ville de Daly City. J’avais plutôt bien choisi notre hôtel puisque ce dernier se situait à 400m de Colma Station, une des gares du BART (l’équivalent du RER parisien à SF). Hé oui, j’avais décidé que nous prendrions les transports en commun pour nous promener dans SF, parce que la ville est toute en montées et en pentes, et qu’y conduire est une plaie d’après les différents témoignages. Je n’avais vraiment pas envie de stresser en conduisant dans la ville, donc… Retour aux sources, et aux transports en commun !

Nous avons un peu galéré pour acheter les billets du BART, au passage. Contrairement aux machines du RER et métro parisien, il n’est pas possible de sélectionner une destination et zou, ça demande de payer le prix demandé directement. Non, là ça propose de mettre un nombre de dollars sur ton billet (10 ou 20 $) et ensuite, c’est à toi de baisser / monter la somme à l’aide de boutons pour ajouter / soustraire 1 $ ou 5 ¢. Une feuille avec un tableau des différentes destinations et de leur prix est affiché au-dessus de la machine, par exemple de Colma Station à Powell Station, c’était 3.60 $ (x2, aller-retour, donc 7.20 $), il a fallu que je mette 10 $ puis que je soustraie 1 $ 3 fois puis que j’ajoute 5 ¢ 4 fois. Il est possible de mettre plus que le prix pour une seule destination sur le billet, en fait; à ce moment-là, en composant le billet à la sortie, le prix du trajet sera déduit de la somme totale, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il y ait 0 $ sur le billet.

Bref, après ça nous avons attendu le BART qui somme toutes a mis très peu de temps pour arriver, nous nous sommes installées dedans et nous avons attendu qu’il arrive à Powell Station 25 minutes plus tard. Après 8 mois à ne faire que des trajets en voiture, je dois admettre que c’était un peu étrange de se retrouver dans des transports en commun.

Quand nous sommes arrivées, nous devions trouver le Visitor Center qui se trouve juste à côté d’une des sorties de la gare. Évidemment, nous nous sommes trompées de sortie – et nous ne savions pas que c’était juste à côté d’une sortie en fait, nous savions qu’il était près de Union Square, aussi en sortant nous avons demandé le chemin pour aller à Union Square. Et en chemin, nous sommes tombées sur mes amis. Nous nous sommes arrêtés au Starbucks à côté pour que ma sœur et moi puissions déjeuner, et ensuite, nous avons commencé notre visite de la ville.

Nous avons commencé par aller au Visitor Center (pour de bon, cette fois) pour acheter un pass pour les transports en commun : le Muni Passport. Nous avons pris un pass 1 journée, qui coûte 20 $; ça nous a permis de prendre le Cable Car et le bus en illimité dans la journée. Ça fonctionne aussi pour le métro, que nous n’avons pas pris, mais pas pour le BART. Un ticket de Cable Car vaut 7 $, un pour le bus ou le métro vaut 2.25 $. Sachant que nous avons pris le Cable Car 2 fois dans la journée et le bus 5 ou 6 fois… Le pass a été largement rentabilisé !

Une fois le pass acheté, nous avons attendu pour prendre un Cable Car pour monter en direction de Fisherman’s Wharf, un quartier bien connu de San Francisco. « Attendu », parce que la taille de la queue pour chaque station de Cable Car est assez impressionnante. Nous avons attendu quelque chose comme 20 minutes? Nous sommes arrivés à Fisherman’s Wharf une petite demi-heure plus tard. Nous nous sommes un peu promenés et avons fait quelques boutiques de souvenirs sur le chemin, avant de nous diriger vers Pier 39.

Pier 39 (ou le Quai 39 en français) est un quai qui a été réhabilité en zone commerciale : tous les bâtiments sur ce quai sont des magasins ou des restaurants. Et on y trouve de tout ! Crêpes, Bubba Gump, magasin de décorations de Noël, magasin de fringues, Hard Rock Café, etc. Je me suis particulièrement arrêtée dans le magasin de décorations de Noël, les décos à l’américaine m’ont vraiment vendu du rêve, elles étaient superbes ! Et chères aussi… Je me suis aussi arrêtée dans un magasin de souvenir pour acheter un sweat de San Francisco, parce qu’il y fait bien plus froid que du côté de Oceanside, et une boule de neige, évidemment.

Après le Quai 39, nous avons pris le bus pour aller vers le fameux Golden Gate Bridge. On a eu droit à quelques soucis dont des embouteillages, mais nous avons fini par y arriver. C’est vraiment cliché, mais le Golden Gate Bridge était LE truc que je voulais voir. Et je n’ai pas été déçue ! Le beau temps était avec nous, par ailleurs; c’est une chance parce que San Francisco est aussi assez connue pour l’espèce de brouillard venu de la mer qui s’installe aux abords de la ville, le fog. Là, nous avons pu voir le pont dans son entièreté.

À la base, nous voulions descendre au pied du pont pour visiter Fort Point, qui à l’époque de la Guerre de Sécession avait pour but de protéger le passage du Golden Gate (le détroit reliant San Francisco et Sausalito). Mais nous avons manqué de temps, nous nous sommes donc contentés de faire la mini-randonnée qui passe sous le pont et permet de descendre sur la plage en contrebas.

Après ça, nous avons repris le bus direction le Golden Gate Park, un grand parc situé dans la ville. Évidemment, nous avons eu droit aux galères de bus : cette fois, nous l’avons attendu 30 ou 40 minutes, et nous en avons vu passer plusieurs devant nous sans s’arrêter. Mais nous avons fini par y arriver, et une fois dans le parc, nous nous sommes dirigés vers le Japanese Tea Garden, un jardin japonais – le plus ancien des USA. Nous avons payé le droit d’entrée (8 $) et nous nous sommes arrêtés le temps d’une petite collation au salon de thé. Je n’avais pas mangé depuis le petit-déjeuner du matin, aussi j’ai savouré le thé matcha froid, le cheesecake au matcha et les kuzumochi (petites pâtisseries à base de riz gluant). Nous avons ensuite exploré le jardin, qui était vraiment joli. Malheureusement, mes photos ne sont pas géniales, entre la luminosité du soleil, la chaleur et le fait que mon téléphone avait plus beaucoup de batterie…

Vers 18h, il a été temps de partir pour reprendre le bus et aller voir Lombard Street. Lombard Street est une rue de San Francisco très connue pour sa partie en zig-zag. De ce qu’on nous a raconté, la rue était droite à la base, mais elle était tellement pentue que c’en était dangereux. Les propriétaires des maisons de la rue se sont donc rassemblés pour financer les travaux permettant de la transformer en zig-zag et réduire ainsi le degré de pente, pour la rendre moins dangereuse. Mon téléphone s’étant vidé de toute ma batterie, je n’ai pas pu prendre de photos, j’étais un peu dégoûtée…

Bien sûr, il y avait masse de touristes pour admirer la rue. À tel point que nous avons galéré comme pas possible pour retourner à Powell Station. Je pense que nous avons attendu 1h à la station de Cable Car juste avant celle de Lombard Street. De nombreux Cable Car nous sont passés sous le nez, ne s’arrêtant tout simplement pas parce qu’il fallait « de la place pour l’arrêt suivant ». Je vous en foutrais moi de la place pour l’arrêt suivant… Au bout d’1h on s’est rendus à l’évidence et on a décidé de descendre à pied vers un autre arrêt d’une autre ligne de Cable Car. Cette fois, nous étions à la station de départ et nous avons dû attendre 15 ou 20 minutes, comme nous avions des gens devant nous. Mais nous avons réussi à en avoir un et nous sommes arrivés à Powell St. & Geary Blvd vers 20h20.

Nous avions prévu d’aller manger à la Cheesecake Factory, d’où l’arrêt à cette station, mais au vu du monde et du bruit quand nous sommes arrivés dans le restaurant, nous avons vite déchanté. Nous avons donc décidé de reprendre le bus pour nous rendre à Japan Town, pour manger Japonais. J’ai pris mes habituels gyoza (= raviolis japonais) et cette fois, j’ai opté pour un Katsu Curry (= un riz au curry avec du porc pané). C’était un délice !

Après ça, nous avons décidé de rentrer parce qu’il se faisait tard et que nous entamions tous le retour vers Los Angeles. Une fois de plus, nous avons galéré pour le bus, cette fois parce que passé une certaine heure le soir, visiblement, il n’y en a quasiment plus; nous avons fini par en avoir un qui nous a déposées sur Market Street, que nous avons remonté pour arriver à la station Civic Center du BART. Et là nous avons découvert qu’à San Francisco, il y a des endroits pas très bien famés passé une certaine heure le soir… Ce que m’a confirmé Jef, un ami que j’ai vu le lendemain (mais je vais revenir dessus dans la partie suivante), Il y a un quartier à éviter, qui est celui de Tenderloin, et Market Street est plutôt à éviter le soir. J’étendrais même ça jusqu’à la gare de Civic Center, je sais pas pour Powell Station mais Civic Center passé 22h, à éviter à mon sens. Cela étant, nous sommes rentrées sans soucis à l’hôtel et nous nous sommes écroulées aussitôt sur le lit !

Lundi

Le lundi matin, nous étions censées entamer le retour vers Oceanside le long de la côte. Mais n’ayant pas pu voir mon ami Jef – qui est celui qui m’a fait découvrir EPITECH à la sortie du lycée (autant dire que ça fait une paye) et qui venait d’emménager à San Francisco – hier et ayant été dégoûtée de pas avoir pu prendre des photos en fin de journée hier faute de batterie, je suis retournée sur San Francisco pour y passer la matinée. Nous nous sommes retrouvés vers 10h30 sur le Pier 39 avec Jef, et nous sommes allés petit-déjeuner à un restaurant de crêpes.

J’avais prévu après ça de retourner à Lombard Street prendre mes photos. Jef m’y a emmenée, à pied ce n’était pas si loin que ça du Pier 39. Nous avons eu la foi de remonter la partie zig-zag de la rue à pied, et très honnêtement, ça m’a tuée. Mais j’ai pu prendre mes photos – à l’exception d’une, que j’ai complètement oublié sur le moment – donc ça en valait la peine. Mais plus jamais !

Suite à ça, nous nous sommes rendus en Uber du côté du Pier 50. Là, nous avons vu le AT&T Park, qui est un stade de baseball; pour ceux qui connaissent, AT&T est une marque de téléphonie mobile, et apparemment c’est très courant ici que les compagnies vendent leur nom comme ça pour nommer des lieux connus. Nous ne sommes pas rentrés dans le stade mais nous nous sommes promenés à côté, nous arrêtant sur les quais.

Ma matinée à San Francisco s’est terminée avec un passage dans l’immeuble de Jef, qui m’a emmenée sur le toit pour montrer la vue panoramique qu’il y a depuis cet endroit. Le toit est d’ailleurs aménagé avec barbecue, chaise longue et plantes décoratives, c’est assez joli. Et la vue est tout simplement magnifique ! D’ailleurs, j’ai pu remarquer que le Golden Gate Bridge était à moitié caché par le brouillard, nous avions donc eu de la chance la veille pour le beau temps et le ciel dégagé. Après ça, Jef m’a raccompagnée jusqu’à la station de BART et je suis rentrée sur Daly City.

Arrivée là-bas, j’ai retrouvé ma sœur qui s’était occupée du check out et nous avons repris la voiture pour entamer le retour. Nous nous sommes avant ça arrêtées à un Starbucks pour manger quelque chose, et nous avons bien fait, parce que le long de la côte, il n’y avait pas grand chose et ça coûtait une blinde.

Le trajet jusqu’à notre hôtel à Lompoc (une petite ville près de Santa Barbara, au-dessus de Los Angeles) a duré plusieurs heures. La route suit la mer, et vraiment, les paysages sont magnifiques. Je n’ai pas pu admirer autant que je l’aurais voulu puisque je conduisais, mais ce que je pouvais voir était vraiment superbe. D’autant qu’une fois de plus, le temps était clément avec nous – nous avons vraiment eu de la chance.

Nous avons fait tout de même plusieurs arrêts, le premier étant à Big Sur, pour admirer la McWay Beach. Cette plage n’est pas accessible (du moins, pas facilement, mais certains ont réussi semble-t-il, à en croire le « SWEET » dessiné dans le sable en contrebas), et c’est ce qui fait tout son charme. J’ai vraiment été subjuguée par la beauté du lieu !

Le deuxième arrêt a été bien plus tard et bien plus au Sud, du côté de San Simeon. Il y a là-bas une plage plutôt connue pour accueillir des sealions, comme le Pier 39 à San Francisco, mais ceux-ci sont bien plus proches ! En vrai, j’aurais pu aller sur la plage et poser juste à côté d’eux, mais je n’ai pas voulu tenter le coup : ils restent sauvages, et malgré leur air endormi, ils peuvent se montrer très vifs.

Nous avons ensuite repris la route, plutôt sinueuse, pour le trajet qu’il nous restait à faire. Nous avons fait un dernier arrêt à un Round Table histoire de se restaurer et de faire le plein d’essence, et nous sommes arrivées à notre hôtel tard le soir.

Mardi

Le mardi matin, le réveil à 8h a été assez dur. Nous devions rentrer à la maison avant 14h pour que Greg et Hélène puissent aller à Dirt Cheap avec la voiture pour ajouter Hélène aux conducteurs de la voiture, aussi nous ne pouvions pas nous payer le luxe d’une grasse matinée, puisque nous avions 4h de voiture devant nous. Le retour s’est passé tranquillement, avec une pause à Starbucks après Los Angeles. J’ai tout de même eu une petite frayeur en voiture : juste après Los Angeles, sur le freeway, un des pneus avant d’un pick-up a éclaté et le pick-up est parti en vrille. Heureusement, j’étais sur la voie tout à gauche, lui sur la 2e à droite et il est parti en vrille vers la droite; j’ai tracé pour ne pas risquer de me le prendre – sait-on jamais – mais je pense que le gars en voiture à droite du pick-up a eu la plus grosse frayeur de sa vie…

Vers 13h, nous avons fini par arriver à la maison. Je dois admettre que ça faisait du bien ! On ne se rend pas forcément compte mais conduire est très fatiguant, parce qu’il faut sans cesse faire attention à tout. Ajouté au fait que nous avons passé plusieurs jours à marcher et ne pas se reposer vraiment… Le mois de Juillet a été assez fatiguant, entre ça, le week-end d’après à Los Angeles (un prochain article, encore), la sortie bêta de notre EIP (un projet EPITECH), et très honnêtement, vu ce que je dors en ce moment (beaucoup de siestes), je suis pas encore totalement remise haha.

Mais j’ai réellement apprécié ce roadtrip. J’ai eu un gros coup de cœur pour Yosemite et San Francisco, et j’espère avoir l’occasion d’y retourner un jour pour explorer plus en détails. Mon seul regret est de n’avoir pas pu faire un autre roadtrip pour (re)voir Las Vegas, le Grand Canyon, Antelope Canyon, Zion National Park, Bryce Canyon, Mammoth Lakes, Lake Tahoe et tout ça. Dès que je pourrai, je reviendrai pour faire tout ça !

Laisser un commentaire